Somnolence au volant : Tous concernés !

La somnolence au volant est la première cause de mortalité en France sur les autoroutes, devant la vitesse ou l’alcool.
Nos véhicules étant de plus en plus assistés et confortables, ces phases d’endormissement au volant ne font que progresser. A ce jour il n’y a pas de solution miracle pour lutter contre ce fléau. En revanche la bague StopSleep permet d’anticiper les premiers signes de baisse de vigilance au volant, et prendre la meilleure décision : s’arrêter !

Cliquez ici pour savoir comment StopSleep anticipe les baisses de vigilance au volant

Comment déceler les premiers signes de somnolence au volant ?

Il peut être difficile de détecter soi-même les signes de somnolence au volant. En général, lorsque l’on est conscient que l’on présente des signes de somnolence au volant c’est qu’il faut agir très vite. Notre corps peut nous envoyer des messages pour indiquer un état somnolent :
  • Picotement des yeux, paupières lourdes
  • Bâillements répétés
  • Besoin de changer de position
  • Difficulté à garder la tête droite
  • Raideurs dans la nuque et dans le dos
  • Fourmillement dans les jambes
  • Déconcentration et oubli des derniers kilomètres parcourus
  • Augmentation du temps de réaction
  • Passivité de conduite
  • Chevauchement de ligne blanche

Que peut-on faire pour éviter la somnolence au volant ?

Hélas il n’y a pas de remède miracle. Une chose est sûre, on n’évite pas la somnolence au volant en baissant les vitres ou en mettant la musique à fond ! Il faut prêter attention aux signes de fatigue évoqués ci-dessus. Si les signes de somnolence apparaissent, il n’y a qu’une seule solution : la sieste. Il faudra donc s’arrêter et dormir 15-20 minutes. Une sieste plus longue risquerait de plonger le conducteur dans un sommeil trop profond. Si la sieste n’est pas possible, vous pouvez toutefois profiter de la pause pour vous dégourdir les jambes, prendre un café et fermer les yeux quelques minutes pour vous relaxer. Dans tous les cas il est indispensable de faire une pause au minimum toutes les 2 heures ou dès que les premiers signes de fatigue se font ressentir.

Quels sont les facteurs qui favorisent la somnolence au volant ?

Il existe un ensemble de facteurs qui vont favoriser, voire aggraver les baisses de vigilance au volant. On pense évidemment au manque de sommeil, mais le fait d’avoir à se concentrer davantage sur la route entraine une fatigue pour le conducteur. Voici quelques exemples de conditions de conduite qui vont demander bien plus de concentration :
  • Le fait de manquer de sommeil
  • Un repas trop copieux avant de conduire
  • Une température trop basse ou trop importante dans l’habitacle
  • La consommation d’alcool (même en faible quantité)
  • Un trajet monotone (syndrome de la ligne droite)
  • L’absorption de médicament (toujours se reporter à la notice et aux pictogrammes figurant sur l’emballage)
Les études démontrent également que certaines heures sont plus propices à l’endormissement. Dans la journée, il faudra éviter les déplacements entre 13 et 15h. En conduite de nuit les heures favorisant la somnolence au volant sont entre 2h et 5h du matin.

Quelques conseils de prévention somnolence

Les bons réflexes anti-somnolences au volant : Une bonne nuit de sommeil permet de partir en forme et reposé. Evitez donc les trajets de nuit ou les longues distances après une journée de travail. Le conducteur pourra prendre un repas léger avant de partir. Encore une fois, prendre les pauses toutes les 2 heures ou dès les premiers signes de fatigue. Il ne sert à rien de lutter contre la fatigue au volant : arrêtez-vous ! Profitez de ces pauses pour vous dégourdir les jambes et aérer le véhicule. Si nécessaire, mangez un petit encas et buvez. Si cela fait déjà plusieurs heures que vous conduisez alors profitez-en pour faire une petite sieste d’un quart d’heure. Si vous êtes plusieurs conducteurs dans la voiture alors laissez vos passagers vous relayer.

Partez informé et préparé !

Renseignez-vous sur les conditions climatiques avant de partir. Il sera préférable de décaler son départ si les conditions climatiques sont mauvaises. Evitez les pics de trafic et choisissez des périodes creuses. Préparez votre trajet et étudiez des alternatives si nécessaire. N’oubliez pas de partir frais et reposé. Enfin préparez votre véhicule en inspectant la pression des pneus, les signalisations et les niveaux. Assurez-vous d’avoir les instruments utiles en cas de panne : gilets jaunes, kit d’ampoules de secours, triangle, roue de secours…

La meilleure solution anti-somnolence : Savoir quand la pause s’impose !

Il est difficile de juger soi-même lorsque que l’on présente des signes de somnolence au volant. La bague électrodermale StopSleep permet d’alerter le conducteur dès les premiers signes de baisse de vigilance. Porté sur 2 doigts, la bague mesure et analyse l’activité électrodermale (EDA). Cette EDA est représentative de l’activité cérébrale. Ainsi, la bague StopSleep vibrera dès les premiers signes de perte de concentration afin d’avertir le conducteur bien avant le micro sommeil. StopSleep a été testé scientifiquement par le CNRS et reste aujourd’hui la solution la plus fiable pour déceler la somnolence au volant.

Regarder la vidéo#

Solutions anti-endormissement au volant sur le marché

#

Oreillette anti-endormissement

Fonctionnement : Se porte sur l’oreille. Alerte lorsque le chauffeur baisse la tête = principe du niveau à bulle.

Résultat : L’oreillette anti-endormissement sonne ou vibre à chaque fois que le chauffeur baisse physiquement la tête. En pratique il y énormément de fausses alertes sur simple mouvement de tête. De plus un conducteur en micro-sommeil peut avoir la tête parfaitement droite.

Prix : Entre 2 et 29 €
#

Lunettes anti-endormissement

Fonctionnement : Se porte comme des lunettes. Alerte lorsque le chauffeur baisse la tête, l’alerte d’inclinaison peut être ajustée.

Résultat : Comme l’oreillette anti-endormissement, l’alarme se déclenche dès que le conducteur baisse la tête. Seul point positif, la teinte jaune des verres qui améliore les contrastes et réduit l’éblouissement, utile pour la conduite de nuit.

Prix : Entre 20 et 30 €
#

Pilote de mesure d’attention

Fonctionnement : Le boitier se place sur le tableau de bord pour que le conducteur puisse appuyer sur ses touches. Mesure le niveau de vigilance par des tests d’attention. Le temps de réaction est un facteur repris dans le calcul du niveau de fatigue du conducteur.

Résultat : L’appareil découle d’une bonne intention mais un questionnaire fastidieux est à paramétrer avant chaque trajet (conducteur seul ? nombres d’heures d’éveil ? distance à parcourir ? …). Par ailleurs, il est difficile, voir impossible d’atteindre l’appareil lorsqu’il le demande pendant une manoeuvre de dépassement ou en cas de circulation dense, ce qui entraîne une augmentation drastique du niveau de fatigue enregistré (et de danger sur la route). Une pause est donc trop vite recommandée par l’appareil alors que le conducteur était concentré sur les dangers de la route.

Prix : Entre 170 et 220 €
#

Mesure du rythme cardiaque

Fonctionnement : Se clipse sur la ceinture de sécurité au niveau du coeur. Mesure du rythme cardiaque par le biais du pouls, alerte en cas de réduction du rythme cardiaque.

Résultat : L’utilisation de l’appareil est pratique car il se situe sur la ceinture de sécurité. En revanche la mesure du rythme cardiaque seule n’a aucun lien scientifique avec la somnolence ayant pour résultat des alertes aléatoires. De plus l’appareil ne sera pas efficace si le conducteur porte des vêtements épais.

Prix : Entre 200 et 260 €
#

Caméra à reconnaissance faciale

Fonctionnement : La caméra identifie 17 points sur le visage du conducteur et les compare à une base de données de types de visages. La caméra pourra identifier les attitudes de somnolence. De plus, si le conducteur ferme les yeux pendant plus de 2 secondes, une alerte retentit.

Résultat : La reconnaissance faciale est efficace mais trop de fausses alertes sont dues à des mouvements de tête du chauffeur. Seules les solutions de caméra à reconnaissance faciale installées en première monte par les constructeurs automobile sont efficaces.

Prix : Entre 1200 et 1500 €
#

Mesure de l’activité électrodermale

Fonctionnement : Une double bague munie de capteurs cutanés mesure en permanence l’activité électrodermale du conducteur. Dès qu’une baisse de vigilance est détectée la bague averti le conducteur par des bips et vibrations.

Résultat : La bague prévient le conducteur dès que son attention se relâche avec 2 niveaux d’alertes. Le premier niveau d’alerte prévient des baisses sensibles de l’activité cérébrale qui ne sont pas toujours perceptibles par le conducteur. Le 2eme niveau d’alerte prévient des baisses importantes et donc des risques de micro-sommeil. L’efficacité de la bague est testée par le CNRS.

Prix : Environ 200€

Chez les constructeurs on redouble d’imagination pour trouver des solutions pour prévenir efficacement de la somnolence au volant et de déceler l’inattention du conducteur. Le problème de l’endormissement au volant est pris très au sérieux par certain fabricants. Plusieurs solutions sont en cours de développement mais on sent déjà une véritable volonté de traiter le problème majeur d’hypovigilance au volant. Un capteur monté d’origine sur le tableau de bord devant le conducteur surveille son visage et les mouvements oculaires. Le capteur analyse ainsi l’état du conducteur, cette méthode est efficace pour détecter la fatigue et l’inattention.

On connait déjà l’alerte de franchissement de ligne blanche sans clignotant : Des capteurs repèrent les lignes blanches et le conducteur sera averti si celles-ci sont franchies sans avoir préalablement mis son clignotant. Une autre méthode consiste à analyser les mouvements du volant pour déterminer le comportement du conducteur. Les caméras à reconnaissance faciale sont à ce jour les plus développées et sont très efficaces. Hélas le prix de ces options fait que seuls les véhicules haut de gamme seront équipés de ces solutions anti-endormissement au volant.

La somnolence au volant en quelques chiffres

  • 1ere cause d’accidents mortels sur les autoroutes en France, devant la vitesse ou l’alcool
  • 24% des accidents mortels, tous réseaux confondus (soit 874 tués)
  • 69% des conducteurs reconnaissent avoir déjà rencontré au moins un épisode d’hypovigilance
  • 31% des conducteurs présentent un manque de sommeil d’au moins 1 heure quand ils conduisent sur de longs trajets
  • Après 24 heures de veille active, un conducteur a le même comportement qu’une personne ayant un taux de 1 gramme d’alcool dans le sang
  • 85% des accidents dus à la somnolence se produisent pendant la journée
  • 136 véhicules d’interventions ont été heurtés sur le réseau autoroutier concédé au cours de l’année 2011
  • 70% des accidents se produisent sur des trajets de moins de 2 heures
  • 9.4% des automobilistes assurent avoir évité de justesse un accident dû à la somnolence ou à la fatigue au cours de l’année écoulée
Sources :
  • Observatoire de la conduite responsable. Fondation VINCI autoroutes / IPSO 2012
  • Etude sur les somnolences des conducteurs sur autoroute. Fondation VINCI autroutes / Hopital raymond-Poincaré de garches – AP-HP
  • ASFA : Association professionnelle des sociétés concessionnaires d’autoroutes et d’ouvrages à péage.
  • Brochure : Somnolence au volant. Une étude pour mieux comprendre
  • Clinique du sommeil au CHU de Bordeaux CNRS UMR 5227

Voir les conseils, études et articles des spécialistes pour prévenir et lutter contre la somnolence au volant

securite-routiere.gouv.fr
pausez-vous.fr
autoroutes.fr
somnolence-au-volant.fr
centaure.com
preventionroutiere.asso.fr
securite-routiere.gouv.fr